Mon compte
se connecter
Je m'inscris :
Se connecter :
se connecter Mot de passe perdu?

Veuillez entrer votre email.

Partager sur :

Je fais un don

Bourses de scolarité

Lycée horticole et paysager de Kerbernez

Le Lycée horticole et paysager de Kerbernez est au coeur de l’histoire de la Fondation Massé Trévidy, anciennement Fondation de Kerbernez. Fondé en 1884 par Alexandre Massé, il avait pour objet l’éducation et l’instruction des orphelins de familles rurales aux métiers de l’agriculture. Aujourd’hui lycée professionnel, il accueille plus de 200 élèves, de la quatrième au BTS, en passant par des classes de bacs professionnels. Situé à Plomelin, au sud de Quimper, il permet également d’héberger les élèves en pension complète. L’objet de ces bourses est de renouer avec la volonté d’Alexandre Massé : financer la scolarité de jeunes dont les familles sont en difficulté. Ces bourses couvriraient le paiement, en fonction des besoins, des frais d’internat et/ou de demi-pension.

Le Lycée de Kerbernez offre des apprentissages adaptés en proposant des classes aux adolescents souffrants de dyslexie et de dysphasie.

Jean Marc et Félicie, élèves au Lycée de Kerbernez - 3 nov. 2015

Jean-Marc a souffert de sa dyslexie jusqu’à son arrivée en 4eme au Collège de Kerbernez. Sa dyslexie, non prise en charge, a amené à son exclusion forcée du circuit classique de l’enseignement. Jean-Marc a dû abandonner son rêve de travailler dans le domaine de l’équitation. L’arrivée au collège et à l’internat de Kerbernez a été difficile, notamment du fait de l’isolement avec sa famille. Mais la prise en charge par l’équipe enseignante de Kerbernez de son problème d’apprentissage, lui a permis de s’en sortir et de relever la tête. Au fil du temps, il a su mûrir ses projets d’avenir dans le domaine de l’horticulture. Aujourd’hui, il vit pleinement sa terminale au lycée et a pour projet de créer sa propre pépinière. « Les professeurs et le cadre d’étude nous aident dans nos études et pour le futur » dit-il.
« Nous avons de la chance de pouvoir étudier dans un cadre comme celui-ci », nous dit Félicie. Elle aussi a saisi sa chance en venant au collège en 3eme. Après des années de difficultés scolaires à cause de la dyslexie, Félicie, qui pourtant refusait d’être plus tard enfermée entre quatre murs pour travailler, fait son chemin en évoluant sereinement vers les métiers de la recherche en laboratoire.

Afin de pouvoir répondre aux besoins des enfants souffrant de dyslexie ou de dysphasie, et accueillir ceux issus de milieux défavorisés, nous avons besoin de vous.

Témoignages